08/01/2018: Bonne année 2018!

NRsynth, ce n'est pas une "marque" de synthés à proprement parler comme Korg ou Moog! C'est simplement le nom sous lequel, moi, Stephen, artisan luthier (siret 820949212) commercialise les synthés que je fabrique de mes mains.

Exactement comme mes confrères Mos Lab et Baloran (NRsynth pour Neo Retro Synth...de ce blog!).

 

 

Le nouveau site est en ligne! Ce n'est pas terminé car il manque notamment des démos mais l'essentiel y est. Donc rendez vous désormais sur nrsynth.fr 

The Return of the King

On le croyait perdu depuis Amarok, accumulant les demi-réussites et les albums anecdotiques. Mais le miracle vient de se produire et pour ceux qui l’ignorent encore, le « Grand » Mike Oldfield a enfin refait surface ! Il aura fallu qu’il en prenne plein la gueule pour que son processus créatif se réveille, faisant à nouveau une thérapie musicale comme en 1975. Mike se soigne par la musique et donc il soigne tous ses fans avec lui ! Il est hallucinant de voir qu’en 2017, il entretient les mêmes rapports (et la même place) avec le showbiz qu’à ses débuts ! Loin des modes, loin du formatage culturel, loin de l’industrie, loin de tout (il vit seul aux Bahamas)…Mike délivre une musique artisanale, faite avec le cœur et les mains, et à ce petit jeu, il reste incomparable ! Evidemment, il y aura toujours des pisses-vinaigre pour trouver à redire mais on ne va tout de même pas lui reprocher de (re)faire ce qu’il fait à merveille, surtout à une époque où 95% de la musique n'est qu'un produit de consammation totalement aseptisé et dénué de toute émotion… Alors parlons -en de cet album. Avec une économie de moyens stupéfiante (quelques guitares, 3 flutes et un tambour), Mike délivre une musique d’une densité exceptionnelle et sans le moindre artifice. Jamais je n’aurai cru qu’il pouvait encore jouer et composer à un ce niveau : c’est plus qu'un bon album; c'est carrément un chef d’œuvre qui nécessite de multiples écoutes. La seule critique c’est que certains passages (dans le style « voyager ») sont un peu en dessous du niveau global de l’œuvre et a contrario, certains passages géniaux auraient gagnés à être développés ou prolongés (ah bordel, ce touché inimitable qui n'appartient qu'à lui...)! Les clins d’œil à Hergest Ridge (l’intro) et Ommadawn (les vocaux trafiqués…) n’en font pas une redite pour autant (d’ailleurs RTO évoque aussi Amarok et Voyager…). L’annonce récente d’un Tubular Bells 4 comme « vraie » suite au 1, laisse présager qu’il s’agit bien d’un nouveau cycle 100% acoustique pour l’artiste. Un signe qui ne trompe pas c’est que RTO est un succès partout sauf en France : un gage de qualité tellement les français sont habitués à consommer la merde qui passe en boucle à la TV ou la radio! Bref un retour par la grande porte pour le compositeur le plus doué de sa génération.

Album coup de coeur: The Amiga works

Si comme moi vous avez passé une partie de votre adolescence sur l’Amiga 500, le nom d’Allister Brimble doit vous parler… Certes, il y avait Chris Huelsbeck, David whittaker et Jochen Hipple ; mais j’ai toujours eu un faible pour Allister, dont le sens mélodique, la richesse harmonique, le souci du détail et la qualité des arrangements étaient vraiment incroyables avec seulement 4 voies monos en 8 bits ! 20 ans plus tard (déjà ?), voici un double album studio de ses meilleurs thèmes (+ des inédits), soit 27 titres ! Peaufiné dans les moindres détails, c’est à mon avis le meilleur album de remix jamais réalisé ; le son est digne des plus grosses productions du genre et musicalement parlant c’est génial et éclectique (tour à tour rock, électro, dance, acoustique, world…).

Le challenge était de rester fidèle à l’esprit original tout en modernisant le son. Pas facile car pour préserver l’ambiance de certains morceaux (comme « Alien Breed »), le maestro a du ressortir son TG77 et son korg 01 (comme quoi dépassé n’est pas obsolète). D’autre part, expérience oblige, certaines parties jugées « ennuyeuses » (selon lui..) ont été retravaillées. Enfin Allister avoue avoir énormément progressé en travaillant sur ce projet, notamment au niveau du mixage et là on le croit bien volontiers vu que c’est un régal pour les oreilles !

Voilà une excellente surprise qui ravira les nostalgiques mais aussi les fans de Vangelis, Tangerine Dream, Oldfield en manque de came… Allister étant free lance, n’hésitez pas à le soutenir en achetant son album directement sur son site, il le mérite bien d’autant plus que le packaging est magnifique.

Hommage à Edgar Froese!

Même si je lui ai taillé un costard dans ma rubrique "humeur", la musique électronique (en soulignant le mot "musique") ne serait pas ce qu'elle est sans lui. N'oublions pas que Tangerine Dream était surtout un duo Franke/Froese (sauf avec J Schmoelling que Froese respectait et admirait). N'oublions pas non plus son jeu de guitare très "chaud" et ses mémorables impros sur les séquences du moog  modulaire. Edgar a passé sa vie à innover avec passion et talent (notamment sur PPG wave puisque TD était très lié à Waldorf). On lui pardonnera ces 25 dernières années car il ne s'est jamais remis du départ de Chris Franke en 1987... On retiendra de lui Rubycon, Encore, Force majeure, Beach theme (sur "thief"), Stuntman, Kamikaze 89, Exit...

 

Alors respect, car de toute façon on ne fera jamais mieux.