Moog Prodigy

La synthèse analogique réduite à son strict minimum...
La synthèse analogique réduite à son strict minimum...

Synthétiseur analogique monophonique

 

Oscillateurs: 2 synchronisables (sawtooth, triangle, pulse)
Filtre: fabuleux filtre Moog 24 db
Enveloppes: ADS (x2) le release = le decay 
LFO: dédié (Square, triangle)
Mémoires: non
CV/gate: non (mais modification possible et même recommandée)
Séquencer/arpeggiator: non
Contrôles: 2 Molettes (pitch et modulation), clavier 32 notes 
Production: 1979 - 1984


Considéré comme le synthé basse par excellence, il représente effectivement une réelle alternative au Minimoog dans ce domaine (avec le Source et le Rogue, eux aussi très bons ) même s'il est tout de même moins percussif (mais d'un autre côté, quel synthé est plus percussif que le minimoog?).
Par contre il est encore plus simplifié que son illustre grand frère déjà bien limité par rapport à un Odyssey. En contre partie, ce qu'il sait faire, il le fait à merveille: des basses extraordinaires (c'est vraiment très chargé dans le bas du spectre), d'excellents leads (avec la synchro des oscillateurs, absente du Mini) et des petits sons de séquence. En fait il s'agit grosso-modo d'un Minimoog épuré d'un  oscillateur et de quelques possibilités, le but de Moog étant de proposer un instrument bon marché sans que la crédibilité de la marque soit remise en cause. Pari 100% réussi, bien que le Prodigy ne soit pas l'oeuvre de Bob.
Le synthé est ultra simple (c'est le synthé d'apprentissage et de scène idéal)
mais parfaitement redoutable car les 2 vcos, le filtre et les enveloppes sont bien du Moog pur jus: c'est du gros son bien chaud. Par contre c'est vraiment typé moog, donc pas forcément passe-partout.
A condition d'avoir une entrée CV/gate, on peut sérieusement étendre ses possibilités de modulation en le couplant à une pédale moog CP-251 Control Processor.
A noter également que les convertisseurs kenton (pro solo et 2000) offrent un LFO supplémentaire bien utile!  Un signe qui ne trompe pas c'est que beaucoup d'artistes l'utilisent encore. C'est lui (et non le Mini) qu'on entend dans "Speak and spell" de Depeche Mode (par exemple la basse de "I just can't get enough"). C'est aussi le synthé basse d'Howard Jones et de Prodigy (of course!). Enfin, Eric G fait de magnifiques solos dans la plus pure tradition Berlin school avec son Prodigy...

 

Mon Prodigy: N° de série: 1006x (C'est donc un MK1).
J'ai eu la chance d'acheter le mien à un véritable passionné qui devait certainement l'avoir mis sous cloche depuis 1979! Il est dans un état incroyable, proche d'une machine neuve (pas une rayure). En plus une entrée CV/gate a été rajoutée par JL Dierstein ainsi qu'une entrée audio et ça marche à merveille avec un convertisseur kenton. C'est indéniablement une pièce de collection, du son Moog à l'ancienne, bien plus "fat" que le Little Phatty ou que le Voyager!

 

Cote d'occase: compter dans les 1000€ pour un Prodigy modifié et en bon état. La cote grimpe mais même à ce prix c'est une affaire surtout si vous lorgnez sur un Mini pour une simple ligne de basse...

 

les +: Du "vrai" son Moog estampillé "vintage" proche du Mini (disons un son trés similaire: gras et cuivré) pour un 1/3 du prix, simplicité d'usage, trés didactique, robustesse, design (un bijou de vintage).
les -: Son archi-typé et possibilités limitées; cv/gate en option mais indispensable.

 

Rajout: Ben j'aime tellement le Prodigy (et le Rogue) que j'ai repris ses oscillos pour le Retro One NRsynth (le reste du synthé étant le Model D). Et le moins qu'on puisse dire c'est que "ça le fait grave"...