Mos-Lab system 16A

Un magnifique clonage avec les rocker-switchs bleus...
Un magnifique clonage avec les rocker-switchs bleus...

Finalement, le Saint Graal en matière de synthétiseurs demeure les premiers fabriqués, c'est-à-dire les synthés modulaires. Et en particulier le tout premier: le Moog modulaire, oeuvre de feu Robert Moog. Qui n'a pas révé sur les fabuleuses séquences de Chris Franke (Tangerine Dream) ou de Klaus Schulze? Qui n'a pas vibré (ou sué) sur les basses de Giorgio Moroder (BOF de "Midnight express", Donna Summer)?

 

Seulement voilà, posséder aujourd'hui un Moog modulaire fonctionnel tient plus du fantasme qu'autre chose... Heureusement il existe désormais des alternatives car ce mythique synthé a été cloné par des passionnés qui perpétuent la tradition des grands synthés modulaires et leur son incomparable:

Il existe les américains Synthetisers.com et Moog, le français Mos-lab (alias Sébastien) et le portugais-allemand COTK. J'ai opté pour notre compatriote Mos-Lab car les démos de l'appareil m'ont mis sur le cul! C'est vraiment le son de la berliner school des 70s et, couplé à un séquencer analogique type Moog 960, c'est le pied géant!  D'ailleurs Mos Lab propose de réels clonages des circuits moog (jusqu'aux façades) alors que dotcom est assez éloigné et que moog est tellement hors de prix qu'on ne peut que condamner une telle politique élitiste. COTK propose aussi de vrais clonages de grande qualité; mais le prix est de 20 à 30 % plus cher que Mos lab.

 

J'ai choisi un système intermédiaire, le system 16A (numéro de série: 080003), qui me semble être le plus homogène question performance/prix. Ainsi pour le prix d'un Minimoog d'occase ou d'un Voyager Old School, je me suis offert un rêve jusqu'alors inaccessible!

 

Rajout de juin 2013: 

Après étude des circuits Moog, j'ai corrigé certains bugs: les plus importants se situant au niveau des enveloppes; puisque celles-ci ne claquaient pas comme de vraies 911 (c'était une erreur de condensateur). De même sur le filtre et les VCA, j'ai modifié les niveaux d'entrée qui étaient étrangement bridés par rapport au valeurs d'origine des circuits. Enfin j'ai remplacé le mixer CP10 (tout à fait transparent et anecdotique) par un clone du CP3  et j'ai changé l'un des VCA par un clone à base de transistors (au lieu de réseaux de transistors CA3046). J'ai également rajouté un potard d'atténuation sur une entrée de contrôle du filtre pour doser directement une enveloppe sans passer par les atténuateurs (on économise un câble).

Mine de rien, ces modifications ont littéralement boosté mon system 16A qui ressemble plus que jamais à un "vrai" Moog de 1974.

 

Un montage soigné avec connecteur compatible mos-lab et potard stéréo pour les sorties + et - (comme sur les moog).
Un montage soigné avec connecteur compatible mos-lab et potard stéréo pour les sorties + et - (comme sur les moog).
Un "véritable" moog 902...
Un "véritable" moog 902...